top of page
Rechercher

Zélie et Desertus Bikus

La fierté et la satisfaction !


Mardi 16 mars, Zélie Bergsma a bouclé Desertus Bikus, en 8ème position et 1ère femme. 75h pour parcourir 1400km du pays Basque, à travers l'Espagne jusqu'au Portugal. 



Une performance étonnante, ou plutôt bluffante, pour son 1er ultra. 


Pas si étonnante que ça, car bien préparée physiquement, stratégiquement et techniquement.

Un voyage à vélo en Espagne, une cyclosportive, une pratique régulière et réfléchie, les jambes étaient au rendez-vous. Ajoutons à cela une préparation minutieuse, quasi obsessionnelle de l'évènement (indispensable pour vivre l'évènement dans de bonnes conditions) qui libère de la charge mentale et permet de se libérer à vélo et faire ce pourquoi on est là : pédaler et avancer.

Je pourrai écrire que j'ai ajouté une petite touche de vernis de préparation mentale, celle qui canalise le stress négatif en solutions et en parades positives, qui ferme la porte aux pensées parasites, qui se concentre et s'applique sur "ici et maintenant", qui se souvient de son combat, sa motivation profonde. Qui va chercher la branche à laquelle se raccrocher avant de glisser vers les ténèbres. Tout cela est vrai et a été réalisé en quelques séances. Mais la vérité est ailleurs.


La réalité, c'est que Zélie avait débuté la préparation mentale bien avant, sans le savoir. En préparant, en ayant un objectif et un plan d'action. En s'impliquant dans le processus, Zélie a démontré, une fois de plus, que le mental n'existe pas. En revanche, il existe une mentalité, un état d'esprit, une culture de l'excellence pour performer.


Qu'est ce que la performance ? Faire un chrono, faire une place ? Ou donner le meilleur de soi, se battre avec ses armes et avoir la sensation grisante qu'on ne pouvait pas faire mieux ? Cependant, cela ne suffit pas.


Ce que j'ai apporté, c'est une clarification, une prise de conscience, une capacité de recul et de réflexion sur soi et une capacité d'explicitation. Clarifier sa/ses motivations (superficielles, profondes, avouables, inavouables), trouver ses démons et son combat, trouver des parades, être capable de mettre des mots précis sur des actions, autant de réflexions nécessaires pour trouver son "pourquoi" et son "comment", tout simplement faire un petit pas vers soi, pour devenir ce que l'on est.


Nos échanges pendant la course étaient simples. Des mots clés, qui ancrent. Pas de grandes phrases grandiloquentes. Simple, efficace. Et notre mantra, commun à tous mes athlètes: amour et sérénité.  Amour de l'activité, amour de la difficulté, amour de la pression, amour des autres. Sérénité face à l'enjeu, sérénité face à la difficulté, sérénité face à l'imprévu.


Tout ça pour en plus terminer avec la légende, Justinas Leveika. 


Maintenant, c'est repos pour Zélie. Nous allons débriefer ces 3 jours de folie sur Désertus Bikus, décrypter les événements, et continuer le processus pour se réinventer.



Photos : Victor Bouscavet. 


 






829 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page