top of page
Rechercher

Marie et la Gravel Tro Breizh

Dernière mise à jour : 14 mai


Cela devient une habitude, presque une routine."Marie termine 1ère femme".

Franchement, ça devient lassant tellement Marie nous habitue à toujours vaincre.

Cette année, nous en sommes à 2ème femme sur la Race Around Rwanda, 1ère sur la Spider 666 et Gravel Tro Breizh. L'an dernier, c'était 2 ème à la GTB et 2ème à la Sea to Peak (avec une découverte du pur Off-Road au passage). D'ailleurs, on parle de 1ère femme, mais en fait on s'en fiche totalement. Ce qui compte, c'est d'être le plus haut possible dans le classement et d'aller le plus vite possible.



Oh je pourrais vous raconter moult anecdotes. Au hasard.

"Bon Marie, week-end tranquille hein ? Pas de folies, tu restes tranquille. Ok ?

"Ok"


2 jours plus tard...

"Bon... j'ai roulé 10 heures dimanche, j'ai fait 300 bornes"

"Tu devais rester tranquille..."

"Je suis restée tranquille !!"


Ma préférée :

"Putain, je dormais dehors, j'ai été réveillée en sursaut, j'entendais des grognements, genre animal.

En fait, j'ai été reveillée par mes propres ronflements".



Et pourtant...

Marie, c'est avant tout un mental bien fait et structuré, une gestion des émotions qui canalise ces dernières vers les pédales. J'accompagne Marie depuis 2 ans, au moment où elle souhaitait vraiment faire sa transition du trail au vélo, plus particulièrement le bikepacking et l'ultra.

Marie, c'est preque un phare dans les ténèbres pour beaucoup de participants, une voix qui compte désormais. "Marie s'arrête ici, Marie fait-ci, Marie fait-ça". Il y a même cette anecdote racontée par un patron de bistrot "Elle arrive, pose ses affaires, commande à manger, va au toilettes, recharge ses trucs. Elle mange, réorganise ses affairres, dors 5 min sur la table, s'habille et repars. Tout ça en un minimum de temps, ultra concentrée et méthodique. Les autres papilonnent, se dispersent, perdent du temps. Marie va à l'essentiel". Nos échanges aussi vont à l'essentiel. Marie m'envoi des audio pour s'épancher, dire ce qu'elle a sur le coeur, faire des blagues sur ses talents en mécanique ou simplement faire un résumé de la journée. Je ne répond pas forcément ou alors juste avec quelques mots. En dernier recours, on s'appelle pour clarifier un instant de doute et repartir de plus belle.


Maintenant, la phase de repos est presque finie, nous allons reprendre l'entrainement pour gagner en puissance et aller plus vite. Un travail de pilotage est prévu aussi...

Ca signifie quoi ? Que vous reverrez Marie au départ d'une course et qu'elle me detester pendant certaines séances qui se profilent pour elle.




Photo Fredéric Bernard

 









775 vues0 commentaire

Comments


bottom of page